Fitness·Nouveautés & astuces

Intoxication par l’eau : quelle quantité d’eau est dangereuse ?

Il ne fait aucun doute que boire suffisamment d’eau pour rester hydraté est important pour de nombreuses raisons, notamment pour prévenir la fatigue, réguler la pression sanguine et même contrôler la faim. Mais peut-on avoir trop d’eau ?

La réponse est oui, c’est tout à fait possible. En fait, l’intoxication par l’eau (une forme grave d’hyponatrémie) est considérée comme une urgence vitale qui doit être diagnostiquée et traitée rapidement pour éviter de graves complications. Nous allons examiner ci-dessous les dangers associés à une consommation excessive d’eau, ainsi que la quantité d’eau à consommer quotidiennement pour une hydratation optimale.

Qu’est-ce que l’intoxication par l’eau ?

La définition de l’intoxication par l’eau est la suivante : « Une baisse de la concentration sanguine de sodium (hyponatrémie) qui se produit en raison de la consommation d’un excès d’eau sans remplacement adéquat du sodium. » (1)

L’intoxication par l’eau est désignée de plusieurs manières différentes, notamment : hyponatrémie, empoisonnement par l’eau, hyperhydratation ou consommation excessive d’eau. Tous ces termes décrivent le même problème de santé grave, causé par un déséquilibre électrolytique, à savoir une trop grande quantité d’eau (H2O) dans le sang par rapport au sodium.

L’hyponatrémie signifie un faible taux de sodium dans le sang (le terme, qui a des racines latines et grecques, signifie littéralement « insuffisance de sel dans le sang »). L’intoxication hydrique, ou hyponatrémie, est l’inverse de l’hypernatrémie, qui est due à la déshydratation (faible taux d’eau dans le corps).

Les causes de l’intoxication hydrique

Parce qu’elle est évitable, vous vous demandez peut-être dans quels types de situations l’intoxication par l’eau est le plus susceptible de se produire ? Des études ont montré que cette affection se développe généralement chez les patients hospitalisés et les personnes souffrant de troubles mentaux, bien qu’elle puisse également toucher des personnes en bonne santé. L’intoxication par l’eau a été décrite dans plusieurs situations cliniques différentes :

  • La consommation compulsive d’eau est connue sous le nom de polydipsie psychogène. Elle est le plus souvent associée à une maladie mentale ou à un handicap mental.
  • L’intoxication par l’eau est généralement associée à la combinaison de la consommation de beaucoup de liquides et d’une sécrétion accrue de vasopresseur (également appelé hormone antidiurétique), qui fait que les reins retiennent l’eau.
  • Les jeunes en bonne santé, comme les athlètes ou les recrues de l’armée, peuvent développer une hyponatrémie (surhydratation) à la suite de blessures liées à la chaleur. Ils peuvent boire un grand volume d’eau pour essayer d’éviter la déshydratation, mais cela peut se retourner contre eux s’ils en consomment beaucoup trop. Une étude portant sur l’hyponatrémie chez des recrues de l’armée par ailleurs en bonne santé a révélé que 77 % des cas d’hyponatrémie se produisaient au cours des quatre premières semaines d’entraînement et que la plupart des recrues touchées avaient bu plus de deux litres d’eau par heure. (2) Les auteurs ont conclu que « l’hyponatrémie résultait de pratiques de remplacement des liquides trop agressives pour les soldats en formation. La politique de remplacement des liquides a été révisée en tenant compte à la fois du stress thermique climatique et des niveaux d’activité physique. »
  • Une intoxication accidentelle à l’eau peut parfois se produire en raison d’une insuffisance rénale anormale/dysfonctionnement des reins, d’un diabète insipide ou d’une gastro-entérite (inflammation de la paroi des intestins causée par un virus, une bactérie ou un parasite). Dans ces situations, l’hyponatrémie est généralement traitée par un lavage gastrique, ou un pompage de l’estomac/une irrigation gastrique. (3)
  • Les causes iatrogènes d’intoxication par l’eau sont dues à des complications qui surviennent lorsque des maladies sont traitées par une intervention médicale, comme l’utilisation de fluides ou d’électrolytes par voie intraveineuse, la nutrition élémentaire, l’alimentation par sonde nasogastrique, ou lors de la prise de certains médicaments neurologiques/psychiatriques. Il est peu probable que cela affecte les personnes qui ont une fonction rénale normale et qui sont généralement en bonne santé, mais c’est possible si elles subissent des changements dans la sécrétion de l’hormone antidiurétique, car celle-ci provoque une accumulation de liquide.
  • Dans certains cas, l’intoxication par l’eau est due à des « concours de consommation d’eau » qui amènent les gens à consommer de grandes quantités d’eau tout en étant malades.
  • Lorsque les gens prennent de la drogue illégale appelée MDMA (ou « ecstasy »), ils s’exposent à un risque de déséquilibre électrolytique car la drogue leur donne une sensation de chaleur, provoque une transpiration accrue et augmente la soif, tout en entraînant une perte plus importante de sodium dans l’urine et la sueur. Cela peut les amener à boire de grandes quantités d’eau/de liquides, ce qui, dans certains cas, peut conduire à une intoxication par l’eau. (4)
  • Dans de rares cas, l’intoxication forcée par l’eau a été reconnue comme une forme de maltraitance des enfants, qui entraîne généralement des lésions cérébrales et peut être fatale.

Signes et symptômes de l’intoxication par l’eau

Si l’hyponatrémie légère ou modérée est généralement asymptomatique (elle ne provoque aucun symptôme notable), l’intoxication par l’eau est une autre histoire. Les symptômes les plus courants de l’intoxication par l’eau sont les suivants : (5)

  • Maux de tête, confusion et désorientation.
  • Nausées et vomissements.
  • Altération de l’état mental et symptômes psychotiques, tels que psychose, démence, comportement inapproprié, délires et hallucinations. Parfois, ces symptômes peuvent également contribuer à l’intoxication par l’eau, car la personne ne se rend pas compte de ce qui lui arrive et ne demande pas d’aide.
  • Faiblesse musculaire, crampes, contractions, courbatures et fatigue.
  • Difficulté à respirer.
  • Miction fréquente.
  • Changements de la pression sanguine et battements cardiaques irréguliers.
  • Somnolence grave, convulsions, arrêt respiratoire, hernie du tronc cérébral et coma.

Étant donné que l’intoxication par l’eau perturbe les fonctions neurologiques normales et la signalisation nerveuse, elle peut se manifester comme une maladie psychotique à ses premiers stades, qui peut passer inaperçue aux yeux des médecins. Par exemple, si une personne est admise aux urgences pour une intoxication par l’eau, le personnel médical peut confondre les symptômes du patient avec une forte fièvre, une crise d’épilepsie ou un trouble mental tel qu’une schizophrénie paranoïde chronique.
L’intoxication par l’eau ne touche pas que les adultes ; elle peut également se produire chez les bébés, en particulier ceux de moins de 9 mois, et chez les enfants. Les symptômes de l’intoxication par l’eau chez les bébés ou les enfants peuvent comprendre : des pleurs, des changements de comportement, des vomissements, des secousses ou des tremblements, une respiration irrégulière et, dans les cas graves, des convulsions, un coma, des lésions cérébrales et la mort.

Dangers de l’intoxication par l’eau

Pourquoi, exactement, boire trop d’eau est-il dangereux ?
Voici quelques-uns des effets négatifs sur la santé associés à l’intoxication par l’eau :

  • Le développement de taux de sodium dangereusement bas en raison de l’évacuation par l’eau d’une trop grande quantité de sodium de l’organisme. La concentration de sodium sérique peut tomber en dessous de 110-120 mmol/litre, alors que la fourchette de référence sérique normale est d’environ 132-144 mmol/litre. Dans les cas graves, le sodium peut même tomber à 90-105 mmol/litre, ce qui peut provoquer un certain nombre de symptômes graves et être potentiellement mortel.
  • Les reins sont très sollicités par la surhydratation car ils sont responsables de la régulation des niveaux de liquide. Lorsque vous consommez trop d’eau en un court laps de temps, les reins ont du mal à équilibrer les électrolytes dans le sang, ce qui entraîne une « saturation en eau » de l’organisme.
  • Les troubles neurologiques sont dus au déplacement de l’eau vers les cellules du cerveau, en réponse à la baisse de l’osmolalité extracellulaire. L’hyponatrémie provoque un gonflement des cellules et, dans le cerveau, ce gonflement augmente la pression intracrânienne (PIC) et l’œdème cérébral. Contrairement à la plupart des autres cellules du corps, les cellules cérébrales ont très peu de place pour gonfler et se dilater à l’intérieur du crâne, de sorte que même un léger gonflement peut être dangereux. Le gonflement des cellules cérébrales peut entraîner un dysfonctionnement du système nerveux central, à l’origine de crises, de lésions cérébrales, du coma ou de la mort.
  • Dommages aux valves cardiaques, y compris l’hypertrophie ventriculaire gauche.
  • Accumulation de liquide dans l’estomac et les organes abdominaux.
  • Augmentation du taux de cortisol dans le sang, en raison d’une forte réaction de l’organisme au stress.

L’intoxication à l’eau peut-elle entraîner la mort – et, si oui, quelle quantité d’eau faut-il pour vous tuer ?

S’il est important de s’hydrater, il existe aussi une surdose d’eau mortelle. Dans les cas graves, une hyponatrémie non traitée peut entraîner des convulsions, un coma et la mort. C’est pourquoi les experts affirment que la détection précoce est cruciale pour prévenir l’hyponatrémie grave. La gravité de l’intoxication par l’eau dépend de la quantité et de la rapidité de la consommation d’eau, ainsi que de la vitesse à laquelle la concentration de sodium dans le sang diminue. Pour que les symptômes de l’intoxication par l’eau se manifestent, il faudrait qu’une personne boive plus de cinq tasses d’eau par heure.

Quelle quantité d’eau est excessive ?

Plusieurs facteurs peuvent affecter la capacité d’une personne à excréter (éliminer) l’excès d’eau de son corps afin d’éviter l’hyponatrémie/l’intoxication par l’eau. Par exemple, comme nous l’avons mentionné plus haut, le fait d’être soumis à un stress important et/ou de souffrir de problèmes de santé a un impact sur les reins et le système nerveux, ce qui peut augmenter la probabilité que des symptômes d’intoxication par l’eau apparaissent.

Alors, quelle quantité d’eau faut-il boire en trop sur une courte période ?

  • Une personne dont les reins sont normaux/en bonne santé doit pouvoir excréter environ 800 millilitres à 1 litre de liquide par heure. Cela équivaut à environ 3,3 à 4,2 tasses, ou environ 0,84 à 1,04 litre par heure.
  • Boire plus que cette quantité provoquera un déséquilibre des électrolytes et probablement certains symptômes précoces associés à l’hyponatrémie. N’oubliez pas non plus que si une personne fait beaucoup d’exercice (comme un marathon ou un entraînement sportif) tout en buvant beaucoup d’eau, elle retiendra encore plus d’eau parce que son corps subit une réaction de stress.
  • L’intoxication par l’eau ne risque pas de se produire si une personne ne boit pas une grande quantité d’eau dans un court laps de temps (une ou deux heures). L’intoxication par l’eau peut être évitée si l’apport en eau d’une personne ne dépasse pas de beaucoup ses pertes d’eau par l’urine ou la sueur.
  • Dans une étude de cas, l’intoxication par l’eau a été la cause du décès d’une femme de 64 ans en raison d’une hyponatrémie sévère. Elle avait bu 30 à 40 verres d’eau quelques heures avant de s’endormir. Comme elle avait des hallucinations, elle a continué à boire de plus en plus d’eau, même si elle vomissait et ne se sentait pas bien. (6)
  • En 2014, le Daily Mail a rapporté qu’un joueur de football lycéen de 17 ans est mort d’une intoxication à l’eau après avoir bu quinze litres de liquides pour arrêter les crampes pendant l’entraînement. (7)
  • Une enquête menée en 2002 sur plusieurs cas militaires d’intoxication par l’eau et sur trois décès survenus à la suite d’une surhydratation et d’un œdème cérébral a révélé que tous les cas étaient associés à la consommation de plus de cinq litres (généralement 10 à 20 L) d’eau pendant une période de quelques heures. (8)
  • En 2007, Scientific America a publié un article mentionnant une femme de 28 ans qui est morte après avoir participé à un concours de consommation d’eau au cours duquel elle a consommé environ six litres d’eau en trois heures. (9) Le même article soulignait une étude de 2005 publiée dans le New England Journal of Medicine, selon laquelle « un sixième des marathoniens développent un certain degré d’hyponatrémie, ou dilution du sang causée par une consommation excessive d’eau ».

Le traitement de l’hyponatrémie et de l’intoxication par l’eau se résume à la régulation des niveaux de liquide dans le corps, et plus particulièrement à l’augmentation des niveaux de sodium. L’apport et l’excrétion de sel par rapport à l’eau doivent être équilibrés. Gardez à l’esprit que si le sodium/sel a peut-être acquis une mauvaise réputation – principalement parce qu’on le trouve en plus forte concentration dans les aliments transformés – le sodium est en fait un nutriment essentiel. Par exemple, voici quelques-uns des rôles que joue le sodium :

  • Aider à réguler la quantité d’eau dans et autour de vos cellules.
  • Contrôle du volume sanguin.
  • Réguler la pression sanguine.
  • Permettre à vos muscles et à vos nerfs de fonctionner correctement.

Lorsqu’elle se produit, le traitement de l’intoxication par l’eau comprend :

  • Un lavage gastrique, ou un pompage de l’estomac/une irrigation gastrique.
  • Une thérapie de correction du sodium.
  • L’utilisation d’électrolytes par voie intraveineuse.
  • Diurétiques pour augmenter la miction et le volume sanguin excédentaire.
  • Antagonistes des récepteurs de la vasopressine.

L’importance de l’hydratation

Même si boire trop d’eau et subir une surhydratation peut être très dangereux, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas boire de l’eau régulièrement tout au long de la journée. La déshydratation (ou hypernatrémie) entraîne son propre ensemble de problèmes de santé. En fait, de nombreux symptômes de déshydratation sont similaires à ceux d’une intoxication à l’eau.

L’eau (H2O) représente plus de 60 % du corps humain, il n’est donc pas surprenant que nous ayons besoin d’un apport régulier en eau pour fonctionner de manière optimale. (10) Chaque jour, nous perdons de l’eau par une combinaison d’urine, de défécation/mouvements intestinaux, de sueur et d’expiration. Il est important de rester hydraté car cela aide à prévenir des symptômes tels que :

  • Diarrhée
  • Vertiges et évanouissements
  • Casse-tête et désorientation
  • Œdème, ballonnements, constipation et rétention d’eau
  • Faiblesse et fatigue
  • Spasmes et crampes musculaires
  • Mauvaise humeur ou sautes d’humeur
  • Hypertension artérielle
  • Fringales et changements d’appétit

Qui est le plus susceptible de souffrir de déshydratation ?

Les personnes qui doivent faire particulièrement attention à boire suffisamment d’eau/de liquides (mais pas trop) sont les suivantes

  • Les athlètes, notamment les sportifs d’endurance comme les coureurs de marathon.
  • Toute personne qui fait de l’exercice pendant une période prolongée (plus de 60-90 minutes), en particulier si elle fait de l’exercice ou participe à des compétitions dans un climat chaud et humide.
  • Les personnes qui ont un régime alimentaire riche en sel ou celles qui ne boivent pas assez d’eau.
  • Les personnes âgées, qui peuvent ne pas percevoir les sensations liées à la soif
  • Les personnes qui se remettent d’une maladie, comme un virus de l’estomac ou une grippe qui provoque une diarrhée
  • Les personnes qui se remettent d’une opération chirurgicale
  • Les nourrissons, les bébés et les jeunes enfants qui risquent de ne pas boire suffisamment de liquides si on ne leur en donne pas.

Comment rester hydraté sans se surhydrater ?

Quelle quantité d’eau peut-on boire en même temps ? En d’autres termes, quelle quantité d’eau peut-on boire en une heure ?

Pour éviter que l’hyponatrémie ne se développe et n’évolue vers une intoxication à l’eau, il est important d’en tenir compte :

  • Même en cas de forte transpiration et d’exercice physique, limitez l’apport en liquide à 1 à 1,5 litre par heure (environ 4 à 5 tasses).
  • Buvez en fonction de votre soif. Si vous n’avez pas du tout soif, ne vous forcez pas à boire de l’eau ou des liquides.
  • Essayez d’équilibrer ce que vous buvez avec ce que vous transpirez. Buvez la bonne quantité d’eau en fonction de la quantité de sodium que vous consommez et de la quantité d’eau que vous perdez (par la sueur, l’urine, etc.). N’oubliez pas que l’eau n’est pas le seul liquide susceptible de provoquer un déséquilibre électrolytique : les tisanes, les boissons pour sportifs, les jus de fruits, etc. peuvent également réduire la teneur en sodium.
  • Adoptez une alimentation équilibrée comprenant des aliments riches en eau et des sources de sel marin véritable.
  • Traitez tout problème de santé sous-jacent comme une inflammation intestinale, le diabète, une maladie rénale ou une insuffisance rénale.
  • Faites-vous aider en cas de troubles mentaux qui pourraient vous mettre en danger.
  • Prenez soin de vos glandes surrénales et normalisez votre taux de cortisol.

Quelle quantité d’eau faut-il boire par jour ?

En ce qui concerne la quantité d’eau à boire par jour, le conseil le plus courant est de boire huit verres d’eau de 30 cl par jour. Cependant, il ne s’agit que d’une recommandation générale et ce n’est pas nécessairement la meilleure quantité pour chaque personne. En fait, selon une étude publiée en 2002 dans l’American Journal of Physiology -Regulatory, Integrative and Comparative Physiology, il n’y a pas beaucoup de preuves scientifiques pour soutenir la consommation de cette quantité. (11)

Chaque personne est un peu différente en termes de quantité d’eau dont elle a besoin, mais dans l’ensemble, il est préférable de viser environ six à sept verres ou potentiellement plus par jour (240 ml par verre). Vous pouvez avoir besoin de moins d’eau si vous avez une alimentation riche en eau, comme beaucoup de fruits, de salades et de smoothies. Et vous pouvez en avoir besoin davantage si vous faites fréquemment de l’exercice, si vous vivez dans un climat chaud, si vous êtes malade ou si vous avez une alimentation salée. Plutôt que de compter les verres d’eau, faites attention à ce que vous ressentez. Un bon moyen de savoir si vous buvez la bonne quantité d’eau chaque jour est de prêter attention à la couleur de votre urine : votre urine doit normalement être de couleur jaune pâle à moyen, par opposition à une urine claire ou jaune/orange très foncé.

Pour ce qui est de la meilleure eau à boire, je recommande d’utiliser un filtre à eau à la maison plutôt que de boire de l’eau du robinet ou de l’eau en bouteille contaminée. Pourquoi ? Une étude de trois ans menée par l’Environmental Working Group a révélé que 316 produits chimiques peuvent être trouvés dans l’eau du robinet ! L’utilisation d’un filtre à domicile est la meilleure solution, car il permet d’éliminer les toxines qui peuvent persister dans l’eau. Il existe plusieurs types de filtres à eau, dont les suivants :

  • Pichet
  • Montage sur le robinet
  • Intégration au robinet
  • Filtre sur le comptoir
  • Filtre sous l’évier
  • Filtre à eau pour toute la maison

Choisissez l’option qui convient le mieux au mode de vie de votre famille et qui sera la plus facile à utiliser régulièrement.

Hydratation correcte des bébés et des enfants

Les parents peuvent penser que c’est une bonne idée de donner à leurs jeunes enfants de l’eau et d’autres liquides pour éviter la déshydratation, mais lorsqu’un bébé est allaité, le lait maternel ou le lait maternisé de la mère fournit en fait tous les liquides dont les bébés en bonne santé ont besoin. Le Johns Hopkins Children’s Center conseille aux parents de bébés de moins de 6 mois de ne jamais donner d’eau supplémentaire à boire à leur bébé. Si les bébés ont soif, ils doivent boire davantage de lait maternel ou de préparation pour nourrissons. (12)

Selon James P. Keating, MD, directeur médical retraité du centre de diagnostic de l’hôpital pour enfants de St. Louis, si un bébé semble avoir besoin d’eau supplémentaire, les parents doivent « limiter la consommation de l’enfant à soixante à quatre-vingt-dix millilitres à la fois, et l’eau ne doit être offerte qu’après que le bébé ait satisfait sa faim avec le lait maternel ou le lait maternisé. » (13) On peut donner aux bébés plus âgés de petites quantités d’eau à l’occasion pour prévenir la constipation ou s’il fait très chaud, mais il est généralement préférable que les parents en discutent avec leur pédiatre.

Les enfants jusqu’à l’âge de 8 ans environ devraient puiser de l’eau dans les aliments hydratants de leur alimentation (comme les fruits et les légumes) ou boire l’équivalent de cinq à sept verres d’eau par jour (240 ml par verre). (14) L’eau ou le jus frais pressé en petites quantités est la meilleure chose à boire pour les enfants lorsqu’ils ont soif, plutôt que les boissons sucrées aux fruits, les boissons gazeuses, les boissons pour sportifs, le thé glacé et les boissons aromatisées.

Stats/Faits sur l’intoxication par l’eau

Des enquêtes ont révélé que l’hyponatrémie se développe chez 15 à 30 % de tous les patients pendant leur séjour à l’hôpital. Tous les cas d’hyponatrémie ne conduisent pas à une intoxication par l’eau, mais un petit pourcentage le fait.
Une étude publiée en 2002 dans le New England Journal of Medicine, qui portait sur l’hyponatrémie chez les marathoniens de Boston, a déclaré : « L’hyponatrémie est apparue comme une cause importante de décès liés à la course et de maladies potentiellement mortelles chez les marathoniens. » (15) L’étude a révélé que 13 % des coureurs ont terminé la course avec une hyponatrémie, tandis que 0,6 % d’entre eux présentaient une hyponatrémie critique (taux de sodium de 120 mmol par litre ou moins). L’analyse a montré que l’hyponatrémie était associée à « une prise de poids substantielle pendant la course, la consommation de plus de 3 litres de liquides pendant la course, la consommation de liquides tous les kilomètres, un temps de course supérieur à 4 heures, le sexe féminin et un faible indice de masse corporelle ». L’étude a également révélé que l’hyponatrémie était tout aussi susceptible de se produire chez les coureurs qui avaient choisi des boissons pour sportifs que chez ceux qui avaient choisi de l’eau.
Il est difficile de dire combien de décès par intoxication hydrique se produisent chaque année, mais on pense que ce nombre est faible (moins de 10 par an).

Précautions à prendre en cas d’intoxication par l’eau

Si vous pensez que vous ou quelqu’un d’autre est victime d’une intoxication par l’eau, rendez-vous immédiatement aux urgences pour obtenir de l’aide. Faites attention aux symptômes soudains d’un déséquilibre électrolytique, comme la confusion et les vertiges, surtout après des activités de haute intensité ou si vous souffrez de maladies comme l’hypotension artérielle et/ou le diabète. Assurez-vous de boire la bonne quantité d’eau pendant un séjour à l’hôpital, après une intervention chirurgicale, lors d’un marathon ou d’une course de fond, ou pendant un épisode de déshydratation ou de maladie (fièvre, par exemple).

Que savoir sur l’intoxication par l’eau ?

L’intoxication par l’eau est une forme grave d’hyponatrémie, un déséquilibre électrolytique causé par une trop faible quantité de sodium dans l’organisme par rapport à l’eau.
L’intoxication par l’eau est plus susceptible de se produire lorsqu’une personne consomme plus de 1,5 litre d’eau en une heure, surtout si elle fait un exercice intense, si elle souffre d’insuffisance rénale, de lésions rénales, de diabète ou d’un trouble mental qui affecte son jugement.
Les symptômes d’une intoxication à l’eau peuvent inclure la confusion, la désorientation, des nausées, des vomissements, des maux de tête et, dans les cas graves, des lésions cérébrales dues à un gonflement, des convulsions, un coma et, potentiellement, la mort.
L’hydratation est importante, mais pour prévenir l’intoxication par l’eau et l’hyponatrémie, vous devez vous assurer de boire la bonne quantité d’eau proportionnellement à la quantité de sodium que vous perdez, de gérer les problèmes de santé sous-jacents, d’avoir une alimentation équilibrée et de faire attention à votre soif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s