Grossesse

Grossesse extra-utérine et 8 traitements naturels

Une grossesse extra-utérine est relativement peu fréquente, puisqu’elle survient dans environ une grossesse sur 40. Si la fausse couche reste la complication la plus fréquente au début d’une grossesse, certaines recherches indiquent que les grossesses extra-utérines pourraient être en augmentation. Les chercheurs mettent en avant l’augmentation des taux de MST ainsi que le fait que de plus en plus de femmes ont recours aux techniques de procréation assistée, notamment aux fécondations in vitro. (1)

Une grossesse extra-utérine survient lorsque l’ovule fécondé ne parvient pas à atteindre l’utérus et s’implante dans la trompe de Fallope, le col de l’utérus, l’ovaire, le myomètre ou la cavité abdominale. La localisation la plus fréquente d’une grossesse extra-utérine est la trompe de Fallope. C’est ce qu’on appelle une grossesse tubaire. (2)

Lorsque l’embryon se développe à l’extérieur de l’utérus, il peut provoquer une gêne et des douleurs importantes, ainsi qu’une hémorragie interne grave pouvant entraîner la mort. Bien que les taux de mortalité maternelle soient en baisse, les grossesses extra-utérines sont encore responsables de 6 % de tous les décès maternels. (3)

Si vous ressentez les symptômes d’une grossesse extra-utérine, consultez immédiatement un médecin. Le traitement nécessite l’ablation de l’embryon et des tissus endommagés ; la grossesse ne peut se poursuivre. Des traitements naturels sont disponibles pour aider à la fois les aspects physiques et émotionnels du rétablissement.

Photo de cottonbro sur Pexels.com

Qu’est-ce qu’une grossesse ectopique ?

Une grossesse extra-utérine se produit lorsqu’un ovule fécondé s’implante ailleurs que dans l’utérus. L’emplacement le plus courant est la trompe de Fallope, ce qui entraîne une grossesse tubaire. (4)

Un ovule peut également s’implanter dans le col de l’utérus, l’ovaire, la cavité abdominale ou à d’autres endroits le long du trajet normal vers l’utérus. Lorsque l’ovule fécondé commence à se développer, les symptômes de la grossesse extra-utérine peuvent commencer à apparaître.

Il est important de comprendre qu’un ovule fécondé ne peut pas se développer correctement en dehors de l’utérus et que, si elle n’est pas traitée, une grossesse extra-utérine peut entraîner une urgence médicale potentiellement mortelle.

Signes et symptômes d’une grossesse extra-utérine

Le moment où les symptômes de la grossesse extra-utérine apparaissent dépend de chaque personne. Si vous faites un test de grossesse, le résultat sera positif et vous pourrez commencer à ressentir les symptômes typiques de la grossesse, notamment l’absence de règles, la sensibilité des seins, les nausées et les nausées matinales. (5)

Au fur et à mesure que l’ovule fécondé se développe à l’extérieur de l’utérus, les signes d’une grossesse extra-utérine peuvent devenir plus prononcés et inclure les éléments suivants :

  • Des douleurs pelviennes
  • Des saignements vaginaux légers
  • Des saignements vaginaux anormaux
  • Des douleurs abdominales
  • Des saignements abondants accompagnés de douleurs aux épaules
  • Un étourdissement extrême
  • Un évanouissement
  • Des douleurs abdominales sévères

Consultez immédiatement un médecin d’urgence si vos symptômes sont graves, car une hémorragie interne importante peut entraîner la mort.

Causes des grossesses extra-utérines

Le type le plus courant de grossesse extra-utérine est la grossesse tubaire. Les symptômes de la grossesse tubaire sont dus au fait qu’un ovule fécondé ne peut pas passer dans l’utérus. Elle est le plus souvent liée à un problème à l’intérieur de la trompe de Fallope. Une trompe de Fallope malformée, une inflammation ou une cicatrice peuvent empêcher l’ovule de voyager jusqu’à l’utérus. (5)

Facteurs de risque des grossesses extra-utérines

Il est important de noter que les chercheurs ont constaté que jusqu’à 50 % des femmes qui reçoivent un diagnostic de grossesse extra-utérine ne présentent aucun facteur de risque identifiable. Cependant, les facteurs de risque suivants sont associés aux grossesses extra-utérines : (2)

  • Fumer des cigarettes juste avant de tomber enceinte peut augmenter le risque de grossesse extra-utérine. On pense que le tabagisme augmente le risque en provoquant des cicatrices ou un dysfonctionnement tubaire général.
  • Des antécédents ou un cas actuel de gonorrhée ou de chlamydia sont associés à un risque accru de grossesse extra-utérine. Les maladies sexuellement transmissibles peuvent provoquer une inflammation et une infection de l’appareil reproducteur, y compris des trompes de Fallope.
  • Maladie inflammatoire pelvienne ou antécédents d’infections pelviennes.
  • Endométriose
  • Les traitements de fécondation in vitro et d’autres types de traitements de fertilité peuvent augmenter le risque de grossesse extra-utérine. On estime qu’entre 2 % et 5 % des grossesses qui surviennent à la suite de traitements de FIV sont ectopiques. (6)
  • Si vous portez un dispositif intra-utérin (DIU) et que vous tombez enceinte, il s’agira probablement d’une grossesse extra-utérine.
  • Si vous avez subi une procédure de contrôle des naissances permanente, une ligature des trompes, et que vous tombez enceinte, il peut s’agir d’une grossesse extra-utérine.
  • Certaines interventions chirurgicales visant à réparer ou à corriger une trompe de Fallope endommagée peuvent augmenter votre risque de grossesse extra-utérine.
  • Votre risque de grossesse extra-utérine est plus élevé si vous en avez déjà connu une.
  • Avoir plus de 35 ans.

Diminuez votre risque de grossesse extra-utérine

Bien qu’il n’y ait aucun moyen de prévenir une grossesse extra-utérine, vous pouvez diminuer le risque en arrêtant de fumer, en traitant les maladies sexuellement transmissibles, en pratiquant le sexe protégé en utilisant des préservatifs et en limitant le nombre de partenaires sexuels.

Diagnostic des grossesses extra-utérines

Il n’existe pas de test unique de grossesse extra-utérine. Pour diagnostiquer une grossesse ectopique, votre médecin effectuera une série de tests, dont les suivants :

  • Examen pelvien
  • Test de grossesse
  • Échographie
  • Tests sanguins pour vérifier la perte de sang, l’anémie et le groupe sanguin au cas où vous auriez besoin d’une transfusion sanguine.

Traitement conventionnel des grossesses extra-utérines

Le traitement d’une grossesse extra-utérine consiste à retirer l’embryon ; un ovule fécondé ne peut se développer correctement que s’il se trouve dans l’utérus. La gravité des symptômes, ainsi que le stade auquel la grossesse extra-utérine est diagnostiquée, détermineront la manière dont l’embryon et les tissus seront retirés. Les options comprennent : (7)

  • Injection de méthotrexate : Ce médicament arrête la croissance cellulaire tout en dissolvant le tissu ectopique existant. Ce traitement conventionnel de la grossesse extra-utérine ne convient qu’aux stades précoces.
  • Procédure laparoscopique : Une petite incision est pratiquée et un tube muni d’une caméra est inséré pour localiser et retirer la grossesse extra-utérine. La trompe de Fallope peut être réparée ou retirée, en fonction de la gravité des dommages.
  • Chirurgie abdominale d’urgence : Une intervention chirurgicale peut être nécessaire si les symptômes sont graves. Une hémorragie interne importante peut entraîner la mort de la mère, et la trompe ou le tissu rompu doit être retiré.

Moyens naturels d’aider au rétablissement d’une grossesse extra-utérine

Après la perte d’une grossesse, il faut du temps pour guérir physiquement et émotionnellement. Incorporez des traitements naturels pour vos symptômes physiques et émotionnels et n’oubliez pas d’être doux et gentil avec vous-même tout au long du processus de guérison.

Récupération émotionnelle

Groupe de soutien

Parler à d’autres femmes qui ont subi une perte de grossesse peut vous aider à surmonter les sentiments de chagrin, de colère, de peur et de solitude.Les groupes se concentrent sur la résolution positive du deuil par la guérison émotionnelle, physique, sociale et spirituelle. (8)

Conseil

La perte d’un bébé est difficile pour les deux partenaires. En fait, selon l’American Psychological Association, les hommes pleurent davantage la perte d’une grossesse que les chercheurs ne le pensaient auparavant. Assister à une séance de conseil avec votre partenaire peut aider à résoudre les sentiments de culpabilité ou de blâme et vous rapprocher tous les deux tout en apprenant à surmonter le chagrin. (9)

Dépression

Une grossesse extra-utérine provoque une fluctuation constante des hormones, ce qui entraîne des symptômes de dépression, notamment la colère, la tristesse, la peur, le chagrin et la culpabilité. Les traitements naturels efficaces contre la dépression comprennent l’utilisation d’huiles essentielles et de certains suppléments.

Par exemple, diffuser de l’huile essentielle de lavande, ou l’inclure dans des massages, peut aider à promouvoir un sentiment de calme et de paix en soulageant le stress émotionnel et en réduisant l’anxiété. Une petite étude pilote publiée dans la revue Complementary Therapies in Clinical Practice a révélé qu’un mélange d’huiles essentielles comprenant des huiles essentielles de lavande et de rose contribuait à réduire l’anxiété et la dépression chez les femmes en post-partum. (10)

Acheter

Selon la Mayo Clinic, les symptômes de la dépression peuvent également être atténués par une augmentation des taux de vitamine B12 et de folate. La vitamine B12 contribue notamment à la production naturelle de sérotonine et peut aider à soulager les symptômes de la dépression. (11)

Acheter

Dans un article publié dans le Journal of Psychopharmacology, la prise quotidienne d’un milligramme de vitamine B12 peut améliorer les résultats du traitement de la dépression. Ce rapport traite également de l’importance du folate dans le rôle de la dépression et recommande une dose de 800 microgrammes par jour. (12)

Acheter

Récupération physique

Suivez les recommandations du médecin

Le rétablissement d’une grossesse extra-utérine prend du temps. Si vous avez subi une intervention chirurgicale, suivez toutes les recommandations concernant le soin des plaies, le repos et les liquides. Il est également important de suivre les recommandations concernant le repos pelvien en s’abstenant d’avoir des rapports sexuels, d’utiliser des tampons et de faire des douches vaginales selon les instructions. (4)

Évitez l’alcool

Selon l’Ectopic Pregnancy Trust, il est déconseillé de boire de l’alcool après avoir pris du méthotrexate, car les deux produits sont métabolisés dans le foie. Le médicament peut encore être présent jusqu’à 100 jours après une dose. La consommation d’alcool peut vous rendre malade et potentiellement endommager votre foie. (13)

L’acide folique

Si vous avez reçu du méthotrexate, il est important de rétablir les niveaux de folate. Le méthotrexate est connu pour réduire le niveau de ce nutriment essentiel dans votre organisme. Une carence en folates peut entraîner de la fatigue, une mauvaise fonction immunitaire, une mauvaise digestion, une anémie et des changements d’humeur. De faibles niveaux de folate sont également associés à la dépression, et comme mentionné ci-dessus, 800 microgrammes par jour sont recommandés pour les symptômes de la dépression. (13)

En outre, ajoutez des aliments riches en folates comme le foie de bœuf, les épinards, les carnilles, les asperges, les choux de Bruxelles, la laitue romaine et l’avocat à votre alimentation pour aider à stimuler les niveaux naturellement.

Traitez les cicatrices

Si vous avez subi une intervention chirurgicale, traitez naturellement les cicatrices par voie topique et interne. Une alimentation saine, la consommation de huit à dix verres d’eau fraîche par jour et l’application topique d’huiles hydratantes peuvent aider à réduire l’apparence d’une cicatrice après une opération.

Une étude clinique récente publiée dans l’International Journal of Molecular Sciences cite plusieurs huiles végétales naturelles qui peuvent contribuer à la cicatrisation des plaies. Les deux huiles les plus remarquables sont l’huile de noix de coco et l’huile d’avocat. (14)

L’huile de noix de coco est excellente pour la peau, et cette étude souligne que l’huile de noix de coco riche en AGF aide à réparer la peau lorsqu’elle est appliquée par voie topique. En outre, les chercheurs notent qu’elle possède une forte activité antivirale, antifongique et antibactérienne, ce qui en fait une option saine pour aider à traiter les cicatrices chirurgicales.

L’huile d’avocat est une excellente huile saine avec un point de fumée élevé, parfaite pour faire sauter vos aliments préférés. Mais les chercheurs l’ont maintenant identifiée comme un traitement topique efficace pour les plaies. Elle est reconnue pour augmenter le collagène et diminuer les cellules inflammatoires dans les modèles animaux et peut apporter l’humidité nécessaire à une cicatrice.

Faites de l’exercice

Vous ne devez commencer à faire de l’exercice qu’après avoir reçu le feu vert de votre équipe médicale. Si vous avez subi une intervention chirurgicale, il faudra peut-être attendre quatre à huit semaines avant que l’exercice ne soit conseillé. Même à ce moment-là, si vous avez subi une intervention chirurgicale plus agressive, il sera probablement recommandé d’éviter les poids et les exercices brusques.

Cependant, lorsque vous en êtes capable, commencez à incorporer des étirements doux, du tai chi, du yoga, du Pilates, de la marche et même de la natation lorsque vos plaies sont guéries. L’exercice est un excellent moyen de guérir non seulement physiquement, mais il peut aider à réduire les symptômes d’anxiété et de dépression.

Précautions à prendre en cas de grossesse extra-utérine

Une grossesse extra-utérine peut mettre la vie en danger si elle n’est pas traitée. Au fur et à mesure que l’ovule se développe, il peut se rompre, endommageant les tissus et entraînant des hémorragies internes abondantes.

Si vous soupçonnez une grossesse extra-utérine, consultez immédiatement un médecin d’urgence.

Que savoir sur les grossesses extra-utérines ?

Une grossesse extra-utérine survient dans une grossesse sur 40.
Elle est causée par un ovule fécondé qui s’implante dans une zone autre que l’utérus.
L’embryon ne peut pas survivre en dehors de l’utérus et doit être retiré de manière conventionnelle par une opération de grossesse extra-utérine ou une injection de méthotrexate.
Sans traitement, une grossesse extra-utérine peut provoquer une grave hémorragie interne et entraîner la mort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s